Étape 5
  

Étape 5

Zernez, Suisse le 16/07/2016

 

Zernez,
Samedi 16 juillet

L'efficacité Suisse se mesure à l'action de son personnel. Rapide, discret et toujours attentif, j'observe la serveuse des petits déjeuner aller, venir, constamment présente et l'oeil aux aguets. Nous sommes samedi et des ouvriers oeuvrent sur les routes dès huit heures du matin. C'est un peu plus tard que je reprends la route, et cette fois ci sous le soleil. Je vais enfin pouvoir circuler sur le sec et rejoindre en fin de journée la ville de Zernez, en Engadine. J'entame les premiers virages qui s'enchainent sans répit. La prise des courbes à moto obéit à plusieurs règles : entrée du virage, intérieur, puis sortie. Le tout avec une prise de regard constamment en avant. Ça, c'est la théorie. En pratique et en montagne, c'est une toute autre affaire et j'avoue être bien novice sur ces routes. De plus,  avec la moto chargée, les prises d'angles doivent  se négocier avec une plus grande marge. Je loupe ainsi deux lacets en me retrouvant complètement sur l'autre voie, heureusement sans mal ni personne en face, mais  avec quelques frayeurs. En montée, l'accélération est primordiale et un peu moins de gaz peut vite vous envoyer dans le décor ( sublime d'ailleurs) ou par terre. Beaucoup de motards sur ces routes, nous sommes sur le terrain de jeu favoris des deux roues. J'encourage les cyclistes qui peinent à la montée des cols. Mais que la descente doit être grisante. C'est sur le col d'Albula que je câle la béquille avec en vue un très beau lac en contrebas ,veillé par les sommets des quatres côtés cardinaux. Je marche un peu, puis cherche un coin ensoleillé pour casser une petite croute avec mes restes d'hier. Un quignon de pain et un bon reste d'Emmental feront l'affaire. Pas étonnant que leurs fromages soient si bons, vu l'environnement et la nourriture de leurs vaches : foin à foison et fleurs parfumées Alpines.
Tout à coup, j'entends un vacarme grondant et entends sur l'autre rive un gars hurler.
Un éboulis de rochers dévalent vers le lac et quelques personnes risquent  de se trouver sur le parcours. Snell, shnell, continue-t'il, et  pendant qu'on  entends les rochers dévaler. Ils s'arrêteront finalement avant la rive. Ceci me rappelle que la montagne peut être toujours dangereuse, même sous des hospices idylliques et ensoleillées. Justement, les pentes se réchauffent et les mouvements s'amplifient.
J'entends des accents Italiens et avoue que depuis que je suis en Suisse, je ne comprends fichtre rien à toute conversation autour de moi. Influence Germaniques et je crois qu'il existe trois langue dans ce pays. Mais pourquoi ne pas avoir gardé le Français ? Parlé d'ailleurs depuis Genève jusque dans le Valais.
Je reprends la route et atteins Zernez situé dans une belle vallée verdoyante et porte d'entrée du parc National Suisse. Je pose mes affaires et mets ma belle au garage avant d'aller tout de suite aux infos. pour ma première rando dans le coin. J'achète une carte qui me permettra d'évaluer les circuits les plus à même de satisfaire ma curiosité et ma soif de grands sommets ! Le poste info m'indique qu'il existe une piscine juste en face et je me décide à piquer une tête. Beau bassin avec une partie extérieure qui permets de bronzer  face aux flancs montagneux. Rien de tel pour évacuer les tensions de la conduite et étirer les muscles. Provision faite pour demain avec comme toujours ces fichus gamins pourris gâtés qui vous hurlent dans les oreilles, parce qu'il n'a pas son gâteau, son bonbon ou je ne sais trop quoi encore. Je trouve ça d'autant plus insupportable que jamais les parents ne disent quoi que ce soit. Jamais, je dis bien jamais je n'ai vu en Inde, dans l'Himalaya ou dans d'autres pays moins nantis que les nôtres, de telles manifestations capricieuses. Il faudra m'expliquer un jour le sens d'une telle éducation. Ce n'est pas celle que j'ai eue et j'en remercie mes parents car, de toutes les meilleures façons d'éduquer un enfant, c'est bien la valeur de la contrainte et des limites qu'on se doit d'inculquer à sa progéniture, et qui fait ainsi leur construction mentale future. Oui Madame, des limites !

 

Commentaires



Autres récits de voyage

Autres Recits en Suisse